Rechercher
  • nondualite

JARDIN JAPONAIS


Déambuler sans but, sans raison spéciale,

se laisser éclabousser d'un soleil à peine printanier

et boire à pleine soif l'eau pure de l'instant.

Il faut prendre le temps,

le temps de marcher, de s'arrêter, de respirer, de regarder...

Le temps à perdre n'est-il pas le meilleur du temps gagné?

La lumière de Mars flirte avec l'ombre des arbres.

Un pont rouge, assis tranquillement dans le paysage,

se laisse parer sans effort de fleurs de pruniers

un peu roses, un peu blanches

tremblantes dans le vent léger.

Le chant joyeux d'un merle,

la musique cristalline de l'eau,

le ronronnement d'un avion qui s'estompe lentement,

soulignent encore davantage la tranquillité du lieu

qui apparaît en écho avec notre propre tranquillité.

Le silence est rempli de mouvements à peine perceptibles,

caresse transparente au fil des pas.

Silence!

L'esprit vacant, disponible, ne fait plus aucune distinction,

les frontières s'estompent,

le soleil, le ciel,

l'ombre, la lumière,

le pont, les fleurs, les arbres

le chant de la rivière, celui du merle,

le ronronnement de l'avion...

Personne pour écouter.

Alors quoi faire maintenant?

Continuer simplement le voyage par des chemins tranquilles

et puis cueillir la neige des fleurs fragiles du bonheur,

sans hâte et sans remords.


OM TAT SAT!

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout